Escapades avec Sam: le Pays-de-Galles

De retour sur les routes ! Dotée de ses nouveaux attributs (un camping-gaz, des ustensiles pour cuisiner et plus de coussins), Sam est prête pour un nouveau départ. Destination : le nord du Pays-de-Galles !

Ce road-trip était prévu depuis deux ans, et j’étais très heureuse de pouvoir enfin y aller. Cette région est une des plus belles du Royaume-Uni et elle a conservé une forte identité culturelle. Tous les noms sont en gallois sur les panneaux par exemple (et absolument imprononçables). Wales est aussi le pays d’Arthur et de Merlin, une véritable terre de légendes.

Cette fois, je pars pour une durée encore indéterminée, entre 3 et 6 jours. Sam est impatiente de retrouver les petites routes de campagne… Grace au Guide du routard et a une sélection de sites Internet, j’ai fait une sélection des coins que je voudrais voir. La liste peut bien sûr s’allonger ou rétrécir à tout moment, rien n’est fixé. C’est un véritable bonheur de se retrouver aussi libre, sans obligations dues au logement ou au timing. Tout ce dont j’ai besoin est avec moi, tel l’escargot qui se promène avec sa maison sur le dos !

Lundi matin

La première partie est relativement rapide car j’habite a moins de 2h du monument le plus proche : le château de Flint. Il s’agit d’une véritable forteresse de 1277. En plus de ses douves et ses tours, il comporte un donjon dont les murs font 7m d’épaisseur ! Bien qu’il n’en reste plus grand-chose, les quatre tours encore débout permettent de se rendre compte de la taille du château et de sa position unique. En effet, il était au Moyen-Age totalement séparé de la rive afin que des bateaux puissent y accoster pour débarquer leurs marchandises. A marée haute, il a encore aujourd’hui les pieds dans l’eau !

20190819_115301

Comme le soleil brillait, j’ai également suivi le chemin qui longe l’embouchure du fleuve sur quelques centaines de mètres avant de former une boucle retournant au parking. Des goélands se dandinent sur le sol vaseux, quelques canards se suivent à la file indienne, et le soleil filtré par les arbres éclaire les dernières fleurs estivales, dont un coquelicot rose. Ravie, je repars à la découverte des autres merveilles de Wales.

20190819_11591120190819_115854

A seulement quelques kilomètres de là se trouve le Lourdes du Pays-de-Galles : Winefrides’s Well, le puit de Sainte Winefride. Selon la légende, la jeune femme aurait vécu au VIIème siècle (bien avant la Bernadette lourdaise !). Inspirée par les récits d’un abbé local, Beunot, elle se destine à devenir nonne. Malheureusement, un jour qu’elle se trouve seule chez elle, le fils du seigneur voisin la voit et décide de la violer. La pauvre s’enfuie vers l’église mais est rattrapée sur le seuil par son agresseur qui lui tranche de la tête de son épée. La terre se met alors à trembler et une source jaillit du sol. L’abbé Beunot, surgissant de l’église, maudit le jeune seigneur et se met à prier pour Winefride, qui revient à la vie. La source miraculeuse devient un lieu de guérison sur lequel Winefride, devenue nonne puis abbesses, veille jusqu’à sa mort naturelle.

20190819_125608

Le site n’a jamais pris l’ampleur de son équivalent français mais il est devenu le lieu de pèlerinage des Anglais n’ayant pas les moyens de se rendre à l’étranger. On y retrouve aussi beaucoup de touristes étrangers venus se baigner dans les eaux de Winefride. Personnellement, je me suis contentée d’admirer le puit entouré de colonnes joliment entremêlées…

Lundi après-midi

Après ce petit moment spirituel, me voilà repartie sur la côte. Llandudno, petite station balnéaire avec sa jolie promenade « des anglais » et sa jetée à la Brighton, m’attend. Dans les années 1860, la ville était la destination de vacances de la véritable Alice du Pays-des-Merveilles, Alice Liddell. Mais je désirais surtout voir Great Orme, la colline de 200m de haut qui domine la ville. Du sommet, on peut apercevoir les montagnes de Snowdonia et une bonne partie du nord du Pays-de-Galles.

20190819_17030020190819_170251

Fait intéressant, le nom de la péninsule vient du vieux norrois « orm » ou « urm » qui signifie serpent de mer, surement à cause de sa forme dont l’extrémité évoque une tête de serpent. J’ai traversé la ville en voiture pour me garer directement au pied de la colline. Même depuis le parking, la vue est magnifique et la grimpette en vaut vraiment le coup pour avoir une idée de la géographie de la région.

20190819_15565520190819_161836

Une petite route à sens unique fait le tour de la péninsule. En montant au parking de Great Orme, on peut la rejoindre sans passer par le péage situé sur une portion parallèle de la route. En milieu de semaine, il n’y avait personne et j’ai pu profiter du paysage sans être gênée. La suivre m’a amené de l’autre cote de Llandudno, sur la plage ouest, ou j’ai passé la nuit.

20190819_16381520190819_202853

* à suivre *

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :