Une semaine à… New York

Et si on quittait le continent pour une fois, pour partir à la découverte du Nouveau Monde ? Le temps d’une semaine, New York, me voilà !

Pour moi, New York faisait partie de ces escales ‘obligatoires’, ces lieux où il faut se rendre au moins une fois dans sa vie. Je m’attendais à être impressionnée mais à devenir claustrophobe après quelques jours, et revenir en me disant « ça y est, je l’ai fait, c’est coché sur ma liste » ! En réalité, j’ai adoré. Et j’avoue avoir hâte d’y retourner un de ces jours, peut-être avec un peu plus de temps devant moi.

On ne présente plus New York, évidemment. La Grosse Pomme, la Ville qui ne dort jamais, la « Capitale du monde »… Ce nom évoque de suite l’image des gratte-ciel de Manhattan, Wall Street, la Statue de la Liberté, les quartiers huppés autour de Central Park, et ceux moins avantagés de Brooklyn. On pense aussi à toutes les séries qui ont été tournées entre ses buildings démesurés ; pour ceux de ma génération, New York c’est Gossip Girl, Friends, How I met your mother, Suits, et tant d’autres…

Avec ma nièce, nous avions commencé à organiser la visite de tous ces endroits cultes il y a des mois – bien qu’en réalité nous avons « finalisé » (hum hum) nos plans dans l’avions, parce qu’il faut bien s’occuper pendant les 8 heures de vol. Chaque jour, nous avions donc programmé la visite d’un ou deux districts spécifiques afin de voir autant de choses que possible.

Juin était le mois parfait. Nous avions toutes les deux achevé nos cours, et ce n’était pas encore la très haute saison, ce qui voulait dire moins de touristes et des prix moins chers. Et nous en avons bénéficié dès le début : nous avons trouvé un vol direct Birmingham-Newark à £240 aller-retour avec Primera Air (quand on vit à Derby, c’est parfait) et une chambre en airBnB à £400 à deux pour six nuits en plein coeur de l’East Village.

Le jeudi 1 juin nous a donc trouvées en train d’embarquer dans notre avion – très low-cost, sans repas ni écrans, avec une largeur de siège digne de Ryanair – prêtes à affronter une nuit sans sommeil pour ne pas être trop décalées en arrivant. Nous sommes parties à 19h et arrivées à 22h30 heure de NY, soit 3h30 en Angleterre. Dur.

Malgré l’heure tardive, il y avait foule à l’aéroport de Newark et nous avons dû patienter longtemps pour atteindre la sécurité. A partir de là, tout est allé très vite : le douanier était sympa et nous a juste posé quelques questions pendant qu’il prenait nos empreintes digitales et nos photos, puis nous avons passé une deuxième mini-sécurité avant de récupérer notre valise et de passer sous le drapeau étoilé et le portrait de Trump. Enfin, nous étions officiellement sur le sol américain.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s