Les Anglais et la santé

En un peu plus d’un an en Angleterre, j’ai eu le temps de me familiariser avec plusieurs aspects du circuit de santé d’ici. Médecin, hôpital, dentiste… tous ont leurs particularités, leurs avantages et leurs défauts par rapport au système français. Voici un petit récapitulatif de comment les choses se sont passées pour moi.

  • Le cabinet médical

Comme je l’avais mentionné dans mes articles sur l’installation en Angleterre, s’inscrire chez un médecin est l’une des premières choses à faire, dès que l’on a une adresse et un numéro d’assurance sociale. Après avoir rempli un dossier sur ses informations personnelles – voir le #Fun fact 7 – et son historique médical, qui nous oblige à nous replonger dans les abysses des maladies familiales, on nous invite à passer un check-up rapide pour vérifier que tout va bien. Echantillon d’urine, poids, taille, tension… S’il n’y a pas de problème, on nous congédie après 5 min, et voilà. Quelques temps après, on reçoit notre NHS number, l’équivalent d’une carte vitale.

Il est ensuite possible de se rendre chez le docteur ou à l’hôpital sans payer, en donnant juste le nom de son GP, son médecin généaliste. Pourquoi mentionner l’hôpital ? Parce que vous pourrez toujours courir pour obtenir un simple rendez-vous au cabinet médical quand vous êtes malade. Dans le meilleur des cas, on vous dira de venir la semaine suivante… quand vous serez guéri(e)… ou mort(e), donc. On atteint ici les limites de la NHS : système gratuit, oui, mais inaccessible.

Quand à la consultation en soi, d’autre l’ont déjà décrite, et mieux que je ne pourrais le faire, comme Nathalie Eyraud dans ses Croquis d’Angleterre !

  • Les hôpitaux et les walk-in centres

En cas d’urgence, ou du moins de cas un peu pressé, il faut donc oublier le médecin de base. Interviennent alors les walk-in centres (sans rdv) qui font office d’intermédiaires entre les cabinets et les hôpitaux. Une grippe fulgurante, une mauvaise plaie ou une intoxication alimentaire ? Walk-in centre. Le temps d’attente est équivalent, voire plus long qu’aux urgences du centre hospitalier, mais il y a un suivi très complet et l’on en sort normalement avec de bons conseils et les médicaments nécessaires.

Et puis si la blessure est trop grave ou demande une radio ou une véritable intervention chirurgicale, c’est l’hôpital, le vrai, avec une prise en charge plutôt rapide et très efficace. Dans tous les cas, on ne paie rien, tout part à la NHS. Pratique, non ?

  • Le dentiste

Et voilà ma toute dernière expérience : le dentiste anglais. Presque tous les Français que je connais préfèrent attendre leur retour en France pour se rendre chez les practiciens spécialisés, mais n’ayant plus de sécurité sociale là-bas, j’ai décidé de tenter. Et je ne le regrette pas.

Le dentiste fonctionne un peu différemment du docteur généraliste. Tout d’abord, il faut payer. Mais contrairement à leurs collègues français, ils ont des prix fixes établis par la NHS. Adieu les consultations à 200€ pour deux carries et un détartrage ! Ici, on paie £20.66 s’il n’y a pas d’opération majeure (ex: carrie ou extraction) et £56 sinon. Seule la pose de couronnes ou de fausses-dents restent chère, dans les £250 (et encore, je pense que ce n’est pas beaucoup selon les standards français). Pour un prix pareil, j’avoue que la prestation m’inquiétait un peu. Mais tout s’est très bien passé, et franchement je ne risque pas de regretter mon dentiste français : rien qu’au premier « niveau » de consultation, j’ai eu le droit à un examen approfondi, des radios, un détartrage, un petit polissage, un ‘vernis au fluor’ pour renforcer les dents et un compte-rendu détaillé de tout ce qui allait et n’allait pas. Le tout en douceur, avec un dentiste qui me demandait à chaque étape ce que je voulais faire en fonction de mes options. Je dis bravo.

  • Les médicaments

Pour ne rien gâcher, les médicaments sont généralement vendus en supermarché. Les plus forts sont cependant à demander en pharmacie, avec des ordonnances à un prix également fixe de £8.60. Sans compter que ceux donnés directement à l’hôpital ou ceux considérés ‘essentiels’, comme les contraceptifs ou les médicaments pour certaines maladies graves sont gratuits.

Et il y a aussi le NHS Low Income Scheme qui permet aux patients les moins fortunés de payer encore moins, voire rien du tout…

Alors qu’en pensez-vous ? Y a-t-il un système qui prévaut sur l’autre ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s